Capitaine des Diables Rouges et du club anglais de Manchester City, Vincent Kompany est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands défenseurs du monde. Double champion de Belgique et d’Angleterre, vainqueur de la FA Cup, du Community Shield et de la League Cup à deux reprises, le natif d’Uccle a un palmarès bien fourni et pourtant, il garde la tête sur les épaules, minimisant l’impact du football dans sa vie future et affichant ses ambitions personnelles.

vince-the-prince

Footballeur et capitaine emblématique de l’équipe nationale belge et de Manchester City, Vincent Kompany ne se contente pas du confort dans lequel il est installé. Attendre tranquillement sa fin de carrière et des offres d’entraîneur/consultant comme beaucoup d’autres sportifs ? Très peu pour lui ! Celui que l’on surnomme « Vince the Prince » outre-Manche — c’est dire à quel point il est aimé —, est un homme hyperactif en dehors du football, gérant plusieurs projets en parallèle.

Parce qu’il n’y a pas que le football

Fondateur du club de football BX Brussels, actionnaire de Bonka Circus (une société de production), investisseur dans une boîte de location de limousines en Angleterre, ou encore ancien propriétaire de deux bars à Bruxelles et Anvers — qu’il a vu faire faillite —, Vincent Kompany est un véritable homme d’affaires qui déteste rester en place, et qui, au contraire, aime se lancer des défis.. Ce qui lui vaut quelques critiques. Mais le défenseur belge ne se démonte pas « ‘À chacun son métier, et les vaches seront bien gardées’, entend-on parfois dire en Belgique. vincent-des-enfantsQuel non-sens! Je déconseille à quiconque d’écouter cet adage. » avant de poursuivre dans les colonnes du quotidien L’Echo « Aujourd’hui, vous voyez de plus en plus de joueurs s’intéresser à d’autres domaines. Aux États-Unis, il est fréquent que les athlètes aient des activités en dehors de la sphère sportive, qu’ils considèrent comme complémentaire. Je pense que c’est très positif. » et d’aller plus loin « Je sais ce que je veux réaliser. Je suis un entrepreneur dans l’âme, engagé dans la responsabilité sociétale. »

Un homme avide d’apprendre et d’entreprendre

Cette responsabilité sociétale, Vincent la ressent depuis bien longtemps. Ses parents, une dirigeante syndicale comme mère, et un révolutionnaire opposé à Mobutu comme père, n’y sont pas insensibles non plus. Conscient de l’impact qu’il peut avoir par son nom et des nouvelles compétences acquises ces dernières années, le footballeur a repris des études depuis peu: lui qui n’avait jamais fait d’études universitaires a suivi un MBA (Master of Business Administration) à la Manchester Business School. Il rentrait d’ailleurs en mars dernier dans la dernière phase du cursus.

Vous pouvez devenir comme ceux que vous admirez. 

Si il a suivi un tel cursus, ce n’est pas juste en vue d’obtenir un diplôme, mais pour atteindre un certain niveau, comme il l’explique: « L’objectif ne se limite pas à obtenir un diplôme. En fait, c’est sans importance. Je me suis donné comme objectif d’atteindre un certain niveau, et je sais aujourd’hui que je peux encore aller plus loin. […] Aujourd’hui, je suis persuadé que je dois avant tout écouter, mais aussi ne jamais douter de moi-même. Vous pouvez devenir comme ceux que vous admirez. Et je sais aujourd’hui ce que signifie le mot « entreprendre ». »

Résultat de recherche d'images pour "vincent kompany homme"

Défenseur du « donnant-donnant »

Avec ce master, Kompany a pu développer des idées et en découvrir un peu plus. Ainsi, il a pu lire des travaux de Michael Porter et de Mark Kramer sur la « shared value », la manière dont on peut créer de la valeur pour toutes les parties prenantes, et donc avec plus de succès. C’est d’ailleurs un concept que défend le Mancunien et qu’il est prêt à mettre en place avec la société Bonka Circus « Le bon système est celui où non seulement l’investisseur est récompensé financièrement, mais aussi la société. Bien entendu, la bienfaisance pure restera toujours un domaine à part, mais de nombreux projets peuvent se concrétiser au carrefour de l’entreprise et de la bienfaisance. […] Je crois qu’avec Bonka Circus, nous pouvons aider les entreprises à choisir un terrain pertinent pour créer de la valeur partagée. Tant les entreprises que la société en sortiront gagnantes. »

 

C’est donc sur un nouveau front qu’est prêt à se battre Vince the Prince, lui qui a profité de la blessure de son capitaine Glen De Boeck en 2003 pour s’installer au sein de la défense centrale à Anderlecht, avant de rejoindre en 2006 le club d’Hambourg — club pour lequel il jouera deux ans. Finalement, il rejoint en 2008 le club de Manchester City, qu’il continue de marquer de son empreinte aujourd’hui encore. Plus qu’un footballeur, Vincent Kompany est un modèle en tant qu’homme qui se construit un empire. Un empire qu’il met à disposition de la société.

Je suis parti de rien, je n’ai peur de rien, et je suis extrêmement bien préparé pour l’avenir. De plus, je suis programmé pour me battre dans la vie, quoi qu’il arrive. Je me casse souvent la figure, et cela m’arrivera encore. Mais je suis têtu, je remonte toujours en selle et je réessaie, encore et encore, inlassablement.

Vincent Kompany

Résultat de recherche d'images pour "vincent kompany célébration public"

Références:
#1 ; #2