D’aucuns le surnomment « le Steve Jobs béninois », mais Ulrich Sossou est avant tout un jeune homme ambitieux de 28 ans qui a mis toutes les chances de son côté dans l’accomplissement de ses rêves les plus fous. Découvrez comment il a procédé pour être, aujourd’hui, à la tête d’une fortune estimée à plus de 300 millions de francs CFA (soit près d’un demi-million d’euros).

Son parcours

Source image: https://twitter.com/sorich87
Source image: https://twitter.com/sorich87

Ulrich Sossou est issu d’une famille modeste, d’une mère fonctionnaire et d’un père médecin. « Mon souhait était qu’il devienne médecin » explique son père, Pierre Sossou. Cependant, ce dernier a laissé à son fils la liberté de choisir sa voie.. et il a bien fait !

C’est dans l’informatique que le jeune béninois a choisi de se lancer. N’ayant pas de quoi s’acheter un ordinateur, il décide alors de travailler dans un cybercafé à Porto-Novo. Là, il s’occupe de la réparation d’ordinateurs et veille au bon maintien du réseau. En échange, il pouvait jouir de quelques heures de connexion gratuites et financer ses études d’ingénieur industriel. C’est à l’âge de 18 ans qu’Ulrich fonde sa première entreprise spécialisée dans le web design : Takitiz. Il devient alors sous-traitant pour des sociétés informatiques, accroît ses connaissances et enchaîne les contrats.

« Avant de créer Tekxl, j’ai travaillé durant des années avec des entreprises de toutes tailles un peu partout dans le monde, notamment en Amérique du Nord, en Europe, et en Asie. »

Son véritable succès, il le doit à l’Université de Stanford qui lui commande, en 2011, un logiciel de cours en ligne pour les étudiants. Montant du contrat ? 5 millions de Francs CFA (7.600€ ). Avec cet argent, il décide de devenir entrepreneur et se lance dans ce qui deviendra son principal gagne-pain.

TEKXL, l’incubateur de tous les records

Tekxl Ulrich Sossou En 2014, Ulrich Sossou fonde avec Senam Beheton, TEKXL. L’idée est simple : transformer les bonnes idées en startups prometteuses. Cela favorise ainsi, l’émergence de jeunes entrepreneurs souhaitant se lancer dans l’industrie numérique. Cette SPRL se situe à Cotonou, mais a son siège social en Virginie, aux Etats-Unis. L’entreprise offre non seulement un cadre, mais aussi une formation aux jeunes entrepreneurs. Quant au financement, il est pris en charge par les fondateurs, soit entre 10 et 20 millions de Francs CFA. En échange de leur investissement, ils deviennent propriétaires de 20% du capital de la société en question. A ce jour, le jeune béninois a investi à lui seul, plus de 50 millions de francs CFA dans des entreprises auxquelles il croit.

 « D’ici 5 ans, on aimerait compter une dizaine d’entreprises valant plus de 100 millions de dollars de capitalisation en Afrique de l’Ouest. »

L’incubateur compte à ce jour 6 startups. Le dernier en date, FlyerCo, un site dédié à la création de flyers à destination des agents immobiliers. La plateforme est utilisée par près de 10 000 agents immobiliers basés majoritairement aux USA. 2 ans seulement après sa création, la startup est déjà rentable et offre une croissance avoisinant les 20% chaque mois. « Cette année, le chiffre d’affaires s’élève à 60 millions de francs CFA. L’objectif pour l’année prochaine est de faire au moins 300 millions ! » s’exclame Ulrich. Chaque entreprise reste au sein de l’incubateur environ 18 mois à dater du jour où elle intègre la structure, jusqu’au jour où elle génère des bénéfices. 

Désormais âgé de 29 ans, Ulrich Sossou a créé à lui seul, 8 entreprises qui s’exportent dans le monde entier. De plus, son incubateur est en train de s’implanter dans toute l’Afrique, à commencer par la ville de Dakar. Son prochain objectif est de contribuer à la création de la première startup mondialement célèbre, et ce, depuis le Bénin.

Hier fauché, aujourd’hui « il vous fait gagner de l’argent »

Son slogan est particulièrement bien choisi, car le jeune béninois fait non seulement gagner de l’argent aux sociétés avec lesquelles il travaille, mais aide aussi à résorber le chômage dans son pays.

En effet, le taux de chômage au Bénin a été estimé à 4 % en 2014. Une situation qui affecte souvent les jeunes ayant entre 15 et 35 ans, ainsi que les femmes. Au-delà des startups, le numérique représente une opportunité incroyable pour ces jeunes : il est non seulement source d’emplois, mais également de revenus; et ça, Ulrich Sossou l’a bien compris. Il a d’ailleurs participé à la création de la première édition de Learn2Code, une initiative ayant pour but d’appendre la programmation aux jeunes âgés entre 10 et 22 ans.

Ce n’est pas tout, TEKXL défend certaines causes. L’incubateur veut mettre en avant le fait que les femmes constituent une grande force économique et devraient par conséquent, être présentes en plus grand nombre au sein de l’industrie numérique.

Ulrich Sossou a d’ailleurs été recommandé par l’ancien premier ministre du Bénin, Lionel Zinsou, en vue de concourir pour le « Prix Nobel du numérique ». Grâce à ses nombreux projets et à son incubateur, Ulrich contribue définitivement à la valorisation de l’économie béninoise, voire même, à la création de l’Afrique de demain.