Avant de devenir entrepreneur, Frederick Hutson a séjourné en prison pour trafic de drogue. Durant ses années d’emprisonnement, il parvient difficilement à recevoir des photos de sa famille et les conversations téléphoniques sont cher payées : c’est alors qu’il a l’idée de lancer sa propre start-up pour remédier à ce problème.

Frederick Hutson

Frederick Hutson est né à Brooklyn, il a ensuite déménagé avec sa mère en Floride quand il avait 13 ans. Entrepreneur dans l’âme, il a créé très jeune sa première entreprise de fenêtres teintées. Celles-ci étaient destinées aux voitures, aux maisons et aux buildings. À l’âge de 19 ans, il revend sa société (50.000$) pour faire son service dans l’Air Force où il a travaillé comme électricien sur les F-16.

L’appât du gain

Son service prend fin lorsque l’Air Force réduit ses effectifs, il devient alors vendeur d’accessoires pour téléphones. Puis, lorsqu’un ami lui propose de prendre part à un trafic de drogue, il est aveuglé par l’argent que cela peut générer et accepte d’effectuer les livraisons.

En octobre 2007, à 21 ans, Frederick est arrêté et reçoit une peine de prison de 4 ans pour avoir transporté 2 tonnes de marijuana. Bien que derrière les barreaux, il tient à garder un lien avec la réalité et décide de ne pas dépérir ni d’aggraver son cas en faisant d’autres faux pas. Il réfléchit donc à un moyen d’aider les prisonniers à garder le contact avec leur famille, sans pour autant débourser des sommes dont ils ne disposent pas.

Se relever

En 2012, après avoir rédigé des business-plan en prison, il s’associe à son ancien ami de l’Air Force, Alfonzo Brooks, et ils commencent à concevoir « Pigeon.ly ». À ce moment-là, Frederick est dans un foyer pour anciens prisonniers. Son ami Alfonzo entreprend donc les démarches pour que Frederick puisse se rendre dans un bureau 12h par semaine afin de travailler avec des pigistes sur son projet.

Pigeon.ly est une start-up qui permet de localiser des prisonniers et de donner la possibilité à leur famille de mettre en ligne des photos qui seront ensuite imprimées et envoyées. Elle propose également un service qui permet de téléphoner moins cher.

Durant sa purge, Frederick a été transféré dans 8 prisons différentes. Dans cette situation, il est bien difficile pour la famille d’un prisonnier de savoir où il se trouve et de parvenir à garder contact avec lui.

Aujourd’hui, l’entreprise soutient chaque mois près de 2 millions d’appels téléphoniques et l’envoi d’environ 250.000 photos. Selon Frederick, plus de 7 millions de dollars auraient ainsi été économisés en coûts téléphoniques. Un abonnement démarre à 5$ par mois et une photo coûte 0,50$.

Frederick Hutson ex-prisonnier entrepreneur
Frederick voit Pigeon.ly comme un moyen de réduire le récidivisme en permettant aux prisonniers de garder contact avec la réalité.

Au départ, ce fut difficile pour les 2 amis de monter leur entreprise avec peu de fonds. Ils ont parfois reçu du matériel gratuitement ou bien qu’ils pouvaient payer en différé. C’est un ami détenu de Frederick qui a réalisé les premiers graphiques et le site web. En 2013, ils ont reçu l’aide de NewME Accelerator à San Francisco qui aide les entrepreneurs sous-représentés. Ils ont ensuite reçu 2,3 millions de dollars de fonds de la part d’investisseurs de la Silicon Valley, selon Crunchbase.

En avril 2015, 20 personnes (6 parmi ceux-ci sont d’anciens détenus) travaillaient sur le projet Pigeon.ly dans leurs bureaux à Las Vegas.

De la suite dans les idées

À présent, Pigeon.ly offre un service téléphonique près de 3x moins cher que les opérateurs destinés aux prisonniers (qui filtrent les appels entrants et sortants), mais Frederick ne compte pas s’arrêter là : à long terme, il souhaiterait pouvoir proposer des services bancaires aux prisonniers et les aider à retrouver un emploi ainsi qu’un logement.

« L’isolement est la pire chose qui puisse arriver à un détenu. La vraie question est ‘Quel genre de personne voulez-vous libérer ?’ Celle qui aura perdu contact avec toutes celles qu’elle connaît et dont les chances de récidive sont supérieures à 50% ? Ou celle qui sera restée en contact avec les personnes qui peuvent l’aider à réintégrer la société ? » a-t-il dit à Fast Company.

Son conseil aux futurs entrepreneurs : « Choisissez quelque chose qui vous passionne, parce que la passion vous aidera à rester motivé quand les choses deviennent difficiles. Faites également toutes les recherches dont vous avez besoin et prévoyez un plan détaillé de votre projet. Vous devez planifier assez que pour ne pas être aveugle dans votre projet, mais ne pas planifier de trop ou alors vous serez bloqué dans ce processus ».