Avec son air mystérieux et sa maturité hors du commun, Marina Kaye intrigue. La jeune femme de 18 ans, issue d’une famille modeste, a grandi avec ses parents et ses deux sœurs à Marseille. Fille d’une mère au foyer et d’un père professeur de karaté, c’est à 10 ans qu’une amie l’entend chanter puis décide de l’inscrire au télé-crochet La France a un incroyable talent.

marina-dalmas-incroyable-talent
Marina Kaye remporte La France a un incroyable talent en 2011. A l’époque, elle est encore « Marina Dalmas »

Marina Kaye, Marina Dalmas de son vrai nom, a remporté la finale de La France a un incroyable talent en décembre 2011 alors qu’elle était âgée de 13 ans. Cependant, en plus de remporter la coquette somme de 100 000 euros et la chance d’assurer la première partie de la comédie musicale Adam et Eve, elle a aussi attisé la jalousie de ses camarades et des adultes … Après avoir assuré la tournée, Marina se retire du feu des projecteurs et retourne à une vie normale.

Un coup du destin

Un an après, elle a la chance d’être repérée sur YouTube par Jan Erik Frogg, un banquier norvégien qui deviendra son producteur. Il parvient à la contacter et la convainc de se rendre jusqu’à lui pour voir ce qu’elle vaut. La rencontre se passe bien, Jan est séduit, et ils commencent à écrire ensemble. La suite, ce sont des voyages à Londres et aux États-Unis pour réaliser l’album. Marina s’est également vue offrir le titre « Freeze you out » par la chanteuse SIA alors qu’elle allait quitter les États-Unis.

La reprise qui aura valu à Marina de se faire remarquer :

Aujourd’hui, son succès est grandissant et on ne cesse de la comparer à de grandes pointures telles qu’Adèle, Lana Del Rey ou encore Rihanna. Pourtant, étant plus jeune, la petite passionnée d’astronomie et de dinosaures se rêvait une carrière… d’oncologue !

Des blessures psychologiques

Du fait de sa grande maturité, Marina n’avait pas beaucoup d’amis. De plus, l’interprète de Homeless n’a pas eu une enfance facile, mais elle a toujours refusé d’en parler davantage en interview. Elle dit dans la presse qu’elle a été projetée (trop) tôt dans le monde adulte et que son enfance fut pourvue d’évènements éprouvants dont elle a souffert. Consciente de ses failles, Marina Kaye préfère ne pas s’étaler ni exposer directement ses faiblesses personnelles au public.

 Sur les plateaux télévisés, on admire sa maîtrise d’elle-même ainsi que sa maturité – qu’elle refuse d’expliquer pour se préserver et préserver sa musique.

Discrète en interview

 Lors de ses interviews Marina parle peu, elle préfère laisser les journalistes faire leur travail d’information avec ce qu’ils ont déniché sur elle et acquiescer d’un sourire.

Dans On n’est pas couché en octobre 2015, elle refuse de dire ce qu’elle a fait de l’argent remporté dans La France a un incroyable talent ni si elle a déjà pu le toucher. Elle laisse échappé un : « Je n’en parlerai jamais »  très affirmé qui a eu le mérite de surprendre Laurent Ruquier, Léa Salamé et Yann Moix. Sur le plateau, un invité sous-entend que Marina aurait été briefée sur ce qu’elle peut et ne peut pas dire. Très vite, elle met les choses au clair en disant que ce n’est pas le cas. Laurent Ruquier la taquine ensuite sur le fait qu’elle parle peu, ce à quoi elle répond très posément « Je pense qu’il y a beaucoup beaucoup de personnes qui se sont un peu perdues dans l’art du buzz et de montrer sa vie privée … et je ne pense pas que ça ait un intérêt. Je ne pense pas que ma vie soit plus intéressante que celle de qui que ce soit d’autre. Moi j’ai envie d’être là pour ma musique et pour rien d’autre ».

On peut également noter la capacité de Marina à ne pas se laisser démonter en interview, même lorsque la piquante Léa Salamé la charrie. Avoir du self-control ne rime pas pour forcément avec se laisser marcher sur les pieds !

La musique comme échappatoire

Son premier album Fearless (« sans peur ») évoque un besoin de s’exprimer sans peur dans des textes qui sont les siens, sans pour autant révéler ses véritables chagrins. De plus, lorsqu’elle revient sur le devant de la scène, elle adopte le nom de scène « Marina Kaye » en référence à sa sœur et sa tante, des repères indispensables, dont les prénoms commencent par K.

En attendant la sortie d’un second album, on souhaite beaucoup de succès à Marina Kaye qui sera en concert en septembre en France, Suisse et Belgique.