Fatou N’Diaye, c’est LA girl qui a envie de changement, et qui le prône sans avoir peur du regard des autres. Blogueuse dans l’âme, la jolie noire nous prouve qu’en s’affirmant, on peut tous réussir et se faire entendre.

fatou-ndiaye-kookai-egerie-2014

Son envie ? Permettre à chaque femme noire de mettre en avant sa beauté et son esthétique sans refouler ses origines africaines.

Son parcours ?
Du haut de ses 36 ans, Fatou a de multiples origines africaines avec un père malien et sénégalais, et une mère nigérienne. Blogueuse influente de la sphère française et même d’ailleurs, elle n’inscrit pas seulement son propos dans le domaine de la beauté, mais aussi dans une mouvance incarnée par des icônes black comme Solange Knowles (la petite sœur de Beyonce) qui pour se faire une place ne passent pas par la case « défrisage ». Mais cette vie qui peut paraitre idyllique, composée de découvertes multiples et de déplacements à l’étranger n’a pas toujours été des plus faciles à gérer. Elle décide de démissionner de son job d’assistante de direction avec un fils de 9 ans, et des proches en désaccord avec ses décisions. Des choix qu’elle ne va pas regretter, vu le succès grandissant de son blog en France et aux USA.

Ses débuts ?
Comme beaucoup de blogueuses, elle commence en 2003 à trainer sur des blogs et forums comme le célèbre « Beauté d’Afrik », où elle animera d’ailleurs un topic. Après un peu d’expérience sur la plateforme Skyblog, Fatou se lance et décide de migrer sur Blogger en 2007 pour créer son blog beauté « BlackBeautyBag » et partage dès lors avec une communauté croissante. De là part cette aventure qui quelques années plus tard va lui permettre de parler à haute voix à propos d’une cause qui la touche : la négligence face à la beauté noire.

Sa motivation ?
La beauté a toujours fait partie de ses passions, mais par sa propre expérience et grâce à un voyage de l’autre côté de l’Atlantique, elle va vite se rendre compte que la perception de la beauté noire n’est pas la même à New-York qu’en France. Des disparités qui la décident alors à s’intéresser à sa féminité d’une manière différente, plus intimiste, pour montrer à ses lectrices SA vision de la beauté afro, ses richesses et sa diversité.

Ses moyens ?
Son naturel et son écriture franc-parlerFatou N'Diaye sont des alternatives essentielles au problème d’appropriation culturelle qu’on connait. Fatou ne dénonce pas, mais affirme son opinion, un avis tranchant nécessaire pour faire parler les autres et finalement, exister.

Son « motto » ?

« Être silencieux, c’est être complice ou valider les propos de l’autre »

Ses difficultés ?
Du mépris face à son héritage esthétique, de la déception devant des traditions de famille qui s’effacent pour faire place à la « norme ». Pourquoi ne dit-on pas des « KK Signature Braids », ces tresses popularisées par Kim Kardashian, qu’elles sont africaines ? La beauté noire est-elle donc perçue comme subordonnée à la beauté blanche ? Avoir un avis, ne pas se laisser faire par ce dictat, se repositionner sans cesse, des ennuis qu’a pu rencontrer la jeune sénégalo-nigériane, mais qu’elle a rapidement transformé en forces afin de faire lever des
voix.

Son présent ?
Fatou vit aujourd’hui de son blog, tout en restant elle-même. Elle travaille avec de grandes marques françaises et américaines comme L’Oréal, Giorgio Armani, Kookaï, etc.. ce qui pour elle est la meilleure des écoles, car les américains possèdent une vision très avant-gardiste au niveau de la beauté chez la femme noire. Grâce à son expérience, elle est devenue incollable face aux besoins de la féminité « black ». Ce qui reste le plus gratifiant est le fait que son travail permet à bon nombre d’autres femmes de se sentir à l’aise dans leur corps, avec leur esprit et leurs origines.

Découvrez son blog : http://www.blackbeautybag.com/

Sources : 1, 2, 3, 4, 5

[geo_mashup_map]