À 16 ans, Brandon Boynton a mis au point une application anonyme permettant de lutter contre l’intimidation à l’école et sur les réseaux sociaux.

« Bully Box », c’est l’application créée par le jeune américain originaire de Pendleton, dans l’Oregon. Il s’agit d’un moyen de dénoncer l’intimidation, que l’on en soit victime ou témoin. Pour ce faire, l’utilisateur doit remplir un court formulaire dans lequel il mentionne le type d’intimidation, sa description ainsi que la date, l’heure et le lieu de celle-ci. Si besoin, des photos et captures d’écran (de faits qui se passent sur les réseaux sociaux par exemple) peuvent être jointes. Le formulaire est alors envoyé aux administrateurs de l’application, le directeur de l’école par exemple. L’acquisition de cette application est payante pour les écoles, mais son utilisation est entièrement gratuite et anonyme.

L’idée de cette application lui est venue en constatant que la boîte servant à dénoncer les intimidations dans son collège, située dans le couloir principal de l’école, était toujours vide. Et pour cause : cette boîte étant visible aux yeux de tous, Brandon a vite compris que personne n’oserait y déposer sa confidence.

La sensibilité qu’il porte à cette cause n’est pas anodine : il a lui-même souffert d’intimidation lorsqu’il était en secondaire au point de penser au suicide. Heureusement, il a pu compter sur le soutien et les encouragements de ses parents durant cette période sombre. Ils ont convaincu leur fils de canaliser ses émotions et ont renforcé sa confiance en lui.

Plutôt que de voir cela comme des souvenirs, pourquoi n’utiliserais-je pas mon expérience pour essayer d’aider d’autres personnes qui sont victimes de la même situation ?

En 2013, après une année passée à se renseigner sur le développement des applications mobiles et une deuxième à produire son application, il décide de mettre sa passion pour la technologie et son expérience de l’intimidation au service d’autres jeunes victimes de ce phénomène. Il fonde la startup MostBeastlyStudios LLC qui propulsera son application « The BullyBox », devenant alors à la tête d’une équipe de cinq développeurs sous-traitant à distance. Leur mission : « Construire des applications qui font la différence. Pas des jeux. Des applications qui améliorent la vie. »

Ce n’est pas l’argent son moteur, mais bien l’envie de venir en aide aux autres : « Si l’application sauve une vie, ou si elle empêche un poignet d’être coupé, alors c’est un succès »

Soulignons aussi la possibilité dans l’application de Brandon d’englober les intimidations liées à Internet, une fonctionnalité qui lui tenait vraiment à cœur. Contrairement aux journées de cours qui ont toujours une fin, les réseaux sociaux sont accessibles 24h/24 et 7j/7.

Inspirer des changements positifs dans le monde

Avec cette application, le jeune homme actuellement âgé de 19 ans n’en était pas à son premier coup d’essai Il avait déjà développé une application de streaming destinée aux auditeurs de la radio de son école, dans laquelle il travaillait.

Brandon Baynton

Brandon a également intégré l’Académie des Jeunes Entrepreneurs (YEA). Un programme scolaire offert par la chambre locale du commerce des États-Unis qui a pour but d’enseigner à des futurs entrepreneurs à « générer des idées d’affaires, mener des études de marché, rédiger des plans d’affaires pour des groupes d’investisseurs et lancer leurs propres entreprises (site web de l’YEA) »

Brandon continue d’inspirer des changements positifs dans le monde en s’occupant de sa startup et en se rendant dans les écoles pour encourager les jeunes à transformer leurs idées en entreprises qui solutionneraient des problèmes d’ordre social, culturel et environnemental. Il prend également le temps de discuter avec eux d’intimidation et de moyens pour l’arrêter. En tant que porte-parole de YEA, il encadre également les participants sur la manière d’allier à la fois des études universitaires et la gestion d’une entreprise.

Cette année, Brandon Boynton fera son entrée à l’Université publique d’Indianapolis en facultés de technologie et business.