En 2013, Vincent Degryse a 13 ans quand il tombe sur un reportage qui parle de la pollution dans le monde. Ces images provoquent un déclic chez le Jalhaytois. Il prend une feuille vierge et note toutes les idées qui lui passent par la tête : « J’ai compris que l’air, présent partout autour de nous, gratuit, constituait un potentiel énorme ». Il envisage plusieurs projets avant de se concentrer sur celui qui finit par le passionner : les moteurs.

Vincent Degryse et son prototype de moteur à air comprimé
© Lucas Verbeke

Durant plus de 3 ans, il imagine, dessine puis assemble les pièces d’un moteur écologique d’un nouveau genre, qui fonctionne uniquement à l’air comprimé. « A ce moment, je me suis dit que j’étais jeune et que je devais profiter de mon âge pour créer et innover. J’avais envie de prouver que j’étais véritablement acteur de ma vie ».

C’est son projet « L’Agri-Motor » qui voit d’abord le jour. Fonctionnant exclusivement avec de l’air comprimé, le projet n’est pas à la hauteur des espérances de Vincent. Il se rend très vite compte que ce n’est pas possible de le faire fonctionner à 100% avec de l’air. Il lui faut donc réduire ses ambitions. Mais cela ne le démoralise pas : « Après avoir discuté avec mes partenaires et un docteur en sciences, on s’est très vite rendu compte que le rendement ne serait pas optimal. Je ne suis pas resté sur cet échec et j’ai continué mon projet sous un autre nom : le Degryse’sGRANTGroup ».

Et le résultat n’est pas si utopique qu’il en a l’air : son prototype — fabriqué entièrement à l’aide d’une imprimante 3D — attire déjà l’attention de nombreux ingénieurs et spécialistes automobiles.

Stats Degryse group

Qu’est-ce que le « Degryse’sGRANTGroup » ?

Un groupe électrogène conçu principalement pour venir en aide aux populations des pays en voies de développements. « Grâce à mon projet, on pourrait fournir 25kw/heure pour plus ou moins 100 ménages ».  En réduisant son ambition de fonctionner à 100% avec de l’air, il doit trouver une alternative. Cette alternative, il la trouve dans le bioéthanol. « Il suffirait de de verser 1 litre de bioéthanol pour que le groupe électrogène soit totalement performant durant une journée entière ». Cependant, la construction d’une telle machine a un coût : plus ou moins 60.000 euros, selon les dernières estimations.

« Je suis fier de créer ce projet à l’adolescence. Je ne pense pas que j’aurais eu le déclic à 30, 40 ou même 50 ans » 

Pourquoi ne pas adapter le moteur aux voitures ?

L’idée d’équiper les véhicules de ce moteur écologique faisait également partie des envies de Vincent. Mais à ce stade, le rendement ne serait pas optimal. Il est néanmoins conscient que lorsque les ressources de pétroles s’épuiseront presque totalement, son groupe électrogène pourrait constituer une alternative à ce comburant.

Où en est le jeune inventeur dans son projet ?

À l’aube de ses 18 ans, le jeune inventeur lance sa propre startup. Détenteur de plusieurs brevets dans le Benelux, il espère récolter l’argent nécessaire pour continuer à bien son projet. Plusieurs investisseurs ont déjà montré leur intérêt pour son projet.


L’équipe Young Change Maker : En mai 2016, nous avons rencontré Vincent Degryse puis organisé un shooting photo avec lui. Célestin de Wergifosse (co-créateur YCM) accompagne Vincent depuis juin 2016 en consultance entrepreunariale.

© Lucas Verbeke
© Lucas Verbeke